Un jeu peut en cacher un autre

Himalaya vs. Lord of Xidit

Lors de la dernière soirée jeux, six d’entre nous sont partis à l’aventure à l’assaut des sommets himalayens, sac à dos sur les épaules et yack bien tenu en laisse dans notre sillage. Peu nous importait de nous attaquer à la face nord de l’Everest, mais plutôt d’honorer les dieux au pied des stupas, de laisser ça et là quelques bonzes représenter notre influence politique et religieuse, et d’acquérir des bêtes bien utiles dans ces contrées inhospitalières, les yacks.

Quelques jours plus tard, certains de ces mêmes aventuriers se sont retrouvés devant le plateau de Lord of Xidit, qui est, comme nous l’avons dit dans un article précédent, la réédition d’Himalaya sous un autre thème et avec quelques modifications que cet article va modestement essayer de vous présenter, afin de savoir si vous aurez plutôt envie de réclamer à Samuel de nous rapporter le premier ou si vous allez vous presser à la ludothèque municipale de Saintes pour tester le second. Allons-y.

Configuration

On pourrait frôler le match nul sur ce point; les 3-4  joueurs annoncés sur la boite d’Himalaya semblent limiter les configurations, mais l’extension permet de jouer jusqu’à 6 joueurs, ce qui certes, ajoute du chaos et son lot de ronchonnades, mais génère une réelle tension autour de la table tant le risque est grand d’arriver trop tôt dans un village, ou de se faire chiper une rondelle depuis longtemps convoitée. Lord of Xidit accueillera certes un joueur de moins que cette dernière configuration,  mais compense cela en ajoutant quelques points de tension supplémentaires (jetons enfermés à l’aveugle sur la partie centrale, apparition des monstres). Comme on peut regretter la nécessité de posséder l’extension pour réellement varier les config. d’Himalaya, Lord of Xidit passe tout de même devant assez aisément.

himalayaplatxidit-plateau

Accessibilité

Dans ce domaine, Himalaya est tout bonnement plus accessible. Si Lord of Xidit permet de gérer davantage le hasard du tirage des tuiles et de prévoir des stratégies à plus long terme, cela s’est fait au détriment de la limpidité des règles que l’on retrouvait chez son illustre ancêtre. De même, l’intervention des monstres vient un poil complexifier le jeu, ou du moins ajouter quelques minutes lors de l’explication, mais bon, rien de rédhibitoire pour autant, il n’y a pas de quoi fouetter un yack. Annoncés pour un public 12+ et 60′ pour la version de 2004 face à un 14+ en 90′ pour la celle de 2014, la balance penchera bien en effet du coté d’Himalaya, un poil plus familial et à la mise en place moins fastidieuse.

 

Matériel

Si Himalaya n’avait pas forcément à rougir en son temps du matériel présent dans la boite, il faut dire que cet aspect est devenu de plus en plus un argument de vente et que les éditeurs mettent à présent le paquet sur la qualité des illustrations et l’ergonomie du matériel. Du coup, l’avantage est nettement à Lord of Xidit.

  Ce dernier propose en effet de jolies figurines au lieu de simples cubes et de solides tuiles joliment illustrées là où Himalaya se contentait de rondelles plus rudimentaires et à l’aspect plus « cheap ». Coté paravents, ceux de LoX sont aussi plus fonctionnels alors que ceux de son prédécesseur, certes bien thématisés et représentant de beaux sommets enneigés, avaient une fâcheuse tendance à se prendre dans les manches, tomber ou se démonter. Et la palette de programmation est bien pensée au lieu des 6 jetons originels.

comparatif-matos

comparatif-prog

Quant au plateau, certes conséquent, il a l’avantage de pouvoir contenir tout le matériel et d’être globalement plus lisible, même si certains préfèreront la sobriété du blanc des pentes enneigées à la profusion des détails et des couleurs.

himalayaplatxidit-plateau

Le thème

Forcément, cette partie là est très subjective et n’engage que celui qui écrit, mais d’aucun regretteront le thème un tantinet poétique des aventuriers seuls dans le froid avec leur yack, allant de village en village prier au pied des stupas, ou rencontrer des bonzes. Le thème de LoX, plus guerrier (il faut défendre des cités) et très heroic fantasy touchera certainement un public adolescent nourri à Harry Potter, sans doute moins un public adulte. On pourra aussi trouver agaçant tout le vocabulaire employé (les « Idrakis » vont aller chercher des « forains d’or »…etc), destiné à vous faire rentrer dans un thème qui se veut original, alors qu’en fait l’auteur recycle des personnages présents dans Seasons et fait un petit clin d’œil Libelludien à Dixit, à défaut de pouvoir trouver un titre vraiment original. Le thème déjà secondaire dans la version précédente, n’en est que plus anecdotique du coup, même s’il trouvera son public, auprès des fans de Seasons notamment.

xiditmen

Mécanique

 Les jeux se ressemblent en tous points dans la manière d’appréhender à la fois la programmation et les actions, la différence étant surtout présente sur l’apparition  des monstres, sur les bonus attribués – qui permettent notamment d’augmenter le niveau des bâtiments et renforcer la tension – ainsi que sur les décomptes, qui fait que Lord of Dixit est sans doute plus tendu encore, mieux équilibré et plus rejouable du fait des diverses configurations proposées; ajoutez à cela que l’on peut un peu anticiper l’arrivée des tuiles et limiter le facteur chance et le match sera remporté par LoX.

Conlusion

Régis Bonnessée a donc réussi à améliorer une nouvelle fois son jeu et les quelques modifications mécaniques font réellement toute la différence et font pencher la balance en faveur de la nouvelle réédition, même si son prédécesseur est très agréable à jouer par ailleurs. Si le nouveau thème ne vous rebute pas, et que vous êtes prêts à passer un peu plus de temps autour du plateau, Lord of Xidit sera le meilleur choix; pour des parties un peu moins longues et avec un facteur chance un peu plus marqué, préférez Himalaya.

 

 

 

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans critique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un jeu peut en cacher un autre

  1. Ping : Faites vos jeux #2: Mon cheval pour un royaume… | 1⚆⚆1 Mondes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s